LE TRAVAIL

On désigne sous le terme de travail toute activité professionnelle (une profession) que l’on exerce pour soi-même ou pour le compte de quelqu’un (une entreprise), dans le but de se procurer les moyens de son existence en percevant pour cela une rémunération (un salaire).

LES DIFFÉRENTES FORMES DE TRAVAIL

On peut exercer une profession en étant salarié, c’est-à-dire au sein d’une entreprise, ou en étant indépendant, comme le font les commerçants, les artisans, les exploitants agricoles ou les membres d’une profession libérale (les avocats, les notaires ou les médecins par exemple).

Certaines personnes exercent une activité à plein temps (au moins 35 heures par semaine lorsqu’on est salarié d’une entreprise) tandis que d’autres travaillent à temps partiel (4 jours par semaine par exemple). Il existe également des activités dites saisonnières où l’on ne travaille qu’une partie de l’année : c’est le cas de nombreuses activités agricoles qui sont dépendantes des saisons.

Les différentes formes de travail n’engendrent pas nécessairement les mêmes garanties. Par exemple, un fonctionnaire (c’est-à-dire un salarié de l’État, qui appartient au secteur public) bénéficie d’une garantie de stabilité de son emploi dont ne dispose pas un salarié du secteur privé. De la même façon, un salarié qui dispose d’un contrat de travail à durée déterminée (un CDD, qui dure généralement quelques mois) ne bénéficie pas de la même sécurité qu’un salarié qui possède un contrat à durée indéterminée (un CDI).

Les professions ne sont pas rémunérées de la même façon, ni dans les mêmes proportions. Bien souvent, le niveau de qualification et le prestige des diplômes obtenus permettent d’accéder aux emplois les mieux rémunérés.

LE TRAVAIL ET LE CHÔMAGE

On distingue les personnes qui ont une activité professionnelle (la population active occupée) de celles qui ont perdu leur emploi et qui sont en situation de chômage. À la fin de l’année 2003, la population active occupée de la France s’élevait à 26,8 millions de personnes, tandis que 2,43 millions de personnes étaient au chômage.

Le chômage est discriminatoire en ce sens qu’il touche davantage les femmes que les hommes, davantage les jeunes que leurs aînés, et davantage les non-diplômés que les diplômés. D’autre part, la durée moyenne de chômage progresse et le nombre de chômeurs de longue durée (plus de deux ans sans activité) ne cesse d’augmenter. La persistance d’un tel volume de chômage est non seulement pénalisant pour les personnes concernées, mais également pour l’ensemble de la nation, car le coût de son indemnisation pèse de plus en plus lourdement sur les comptes publics.

L’ORGANISATION DU TRAVAIL

La façon dont on travaille et la manière d’organiser la production (c’est-à-dire le résultat du travail) ont fortement évolué au cours du temps. Certains métiers exercés autrefois ont disparu, et de nouvelles activités ont vu le jour, notamment grâce aux progrès techniques : c’est le cas des métiers de l’informatique par exemple.

Jusqu’à la fin du xviiie siècle, la France est un pays caractérisé par l’importance de son activité agricole ; c’est le secteur qui emploie le plus de main-d’œuvre. Mais la Révolution industrielle va bouleverser cet équilibre : l’industrie se développe considérablement, et à un rythme très rapide, en s’appuyant sur de nouvelles sources d’énergie : d’abord la machine à vapeur, puis le charbon, l’électricité et enfin le pétrole. Il est alors possible de produire de plus grandes quantités, en moins de temps qu’auparavant, et de transporter les marchandises beaucoup plus facilement. C’est tout l’univers du travail qui se trouve modifié en profondeur.

Vers la fin du xixe siècle, le constructeur automobile américain Henry Ford va plus loin encore en proposant une automatisation du travail. Utilisant les principes établis par l’économiste Frederick Taylor, il invente en effet le travail à la chaîne : chaque ouvrier répète la même opération afin de gagner du temps. Ce modèle d’organisation du travail est ensuite diffusé dans le monde entier, mais son caractère parfois inhumain suscite de nombreuses critiques.

Puis, au cours de la seconde moitié du xxe siècle, l’informatique provoque une nouvelle révolution de l’organisation du travail. Les métiers consistant à produire des marchandises cèdent progressivement la place à ceux qui produisent de la matière virtuelle ; c’est l’apogée des métiers dits de services (banques, assurances, etc.). Là encore, cette nouvelle orientation de l’économie n’est pas sans conséquences dans le domaine de l’emploi : les ordinateurs ont en effet souvent remplacé les hommes ; en plus de l’augmentation du chômage, il a donc fallu imaginer de nouveaux métiers.

4 commentaires

    1. Metuschela Kablan Auteur

      OK thank you very much ! Good day !

      Répondre
  1. Pamelia Guild

    I’ve recently started a web site, the information you provide on this site has helped me tremendously. Thanks for all of your time & work. “The inner fire is the most important thing mankind possesses.” by Edith Sodergran.

    Répondre
    1. Metuschela Kablan Auteur

      we are happy for you. 😊

      Répondre

Laisser votre commentaire

Le moyen le plus simple pour obtenir votre nouvel emploi
Trouver des emplois, des opportunités d’emploi et de carrière

Suivez nous sur :